TEXTE – Les Bâtards de Féérune – Séance 1

TEXTE – Les Bâtards de Féérune – Séance 1

Bonjour à tous, premier article sur le site et premier résumé de séance pour les Bâtards de Féérune.

Pour cette campagne, en guise d’introduction je fais jouer le scénario Lost mines of Phandelver, que je vais largement adapter et surtout que je souhaite orienter vers une campagne semi-sandbox.

Pour le casting, il y a 4 joueurs :

– Kaos : Un clerc disciple de Kelemvor et demi-orque.
– Hitch : Un ensorceleur demi-elfe qui tire ses pouvoirs du Phoenix.
– Nor : Un barbare demi-orque.
– Arconis : Un rôdeur drakéide qui possède un anneau d’apparence trompeuse permettant de dissimuler son identité le jour.

Le résumé de la première séance :

En route pour Phandalin.

Gundren Mierren — prospecteur et nain influent de Mirabar — a joué de ses relations pour monter une escorte afin de convoyer du matériel de minage et des vivres nécessaires à son entreprise aux environs de Phandalin. Il a convié les personnages, qu’il connaît personnellement, à l’auberge du Serpent scintillant à Padhiver. Le nain a tenu d’être accompagné de Sildar Hallwinter qui selon lui est « quelqu’un » dans cette ville et un individu important au sein de l’alliance des seigneurs. Hitch est le premier à se rendre à la taverne, le demi-elfe de vingt printemps est presque passé inaperçu lorsqu’il a pénétré l’enceinte de l’établissement. Accueilli chaleureusement par le nain, le jeune ensorceleur semblait lui aussi heureux de le retrouver. Kaos — austère et sérieux — est arrivé à son tour, tripotant nerveusement son icône de Kelemvor, le demi-orque ne se sent pas à l’aise dans ce genre d’endroit. Ce fut au tour du sage Arconis de s’enfoncer dans l’établissement animé, le vieil humain soutenu par son bâton salua l’assemblée et s’installa à table. Nor ferma la marche, entra dans la bâtisse et fut rapidement remarqué, notamment à cause de ses proportions hors normes.
Le groupe a ensuite parlé affaires : les termes du contrat, le paiement, ainsi que le convoi et son arrivée à bon port, à Phandalin. Gundren semblait emballé et excité à l’idée de rejoindre cette modeste colonie humaine. Rendez-vous pris le lendemain matin sur la grande route non loin de la porte sud de la ville.
L’aube était bien entamée lorsque les six personnes se retrouvèrent autour d’un attelage composé d’une carriole et de deux bœufs. Sildar Hallwinter et Gundren Mierren étaient montés et parés pour le voyage, paquetages fermement harnachés. Après quelques amabilités et questions de routine, le nain et son ami prirent de l’avance et filèrent à cheval vers le petit Bourg. La caravane, quant à elle, partit au rythme des bêtes de somme.
Dès le matin, Nor et Arconis — tous deux habitués aux grands espaces — ont rapidement senti que le vent se levait et annoncé une journée tempétueuse. Malgré tout, le convoi a progressé sans trop d’encombres et a cherché un abri en fin d’après-midi. Une fois le camp installé, Arconis Kaos et Hitch — ce dernier pressé de griller un lapereau, selon ses termes — sont partis en quête de gibiers afin d’améliorer cette morne et venteuse journée. Après quelques dizaines de mètres, dans la pénombre du soleil couchant, les trois comparses ont entendu du bruit et ont aperçu une carriole au loin, faiblement éclairée. Arconis s’approcha avec prudence, mais rapidement repéré par le malheureux propriétaire du véhicule. Le malchanceux est un certain Snari Fira, un félys affable et en bien mauvaise posture. Son cochet Elian est tombé du chariot suite à une embardée causée par le grand vent.
Hitch a découvert (ou redécouvert) ses talents de menuisier et Arconis en a profité pour bricoler, tous deux ont réparé la roue accidentée. Pendant ce temps, Kaos administrait les premiers soins au blessé. Snari a proposé de partager le repas du soir et de se regrouper pour la nuit autour du feu, ensemble et en sécurité. Le con[voi de Gundren ]Mierren n’a pas émis d’objection. Au réveil, ils se sont mis en route tout naturellement, le chariot de Snari à la traîne, car transportant Elian et ses côtes douloureuses.

L’embuscade.

Le lendemain, le temps est au beau fixe plus clément que la veille, malgré les fortes chaleurs difficiles à supporter. À la moitié de la journée, Snari Fira a proposé à l’équipe une halte à la croisée des chemins, une étape dont Sildar Hallwinter leur avait parlé avec la mise en garde de bien se comporter s’ils comptaient s’y arrêter. Le félys enthousiaste à l’idée de leur faire découvrir les lieux leur explique qu’il allait y édifier un pigeonnier. En effet, il entend bien établir une ligne de communication entre cette modeste auberge et le reste du monde, certain que l’endroit deviendrait incontournable avec le développement de la sente du Triboar. Cependant, les aventuriers ont refusé poliment en arguant du fait qu’ils comptaient bien profiter de la météo clémente, mais étaient-ce les véritables raisons du groupe ? Et non la mise en garde Sildar ? La peur du vol ? D’une mauvaise rencontre ?…
Ils décidèrent de pousser la marche, les aventuriers ont poursuivi leur route en empruntant le modeste sentier qui relie la grande voie et la ville de Triboar à l’est de la côte. À bout de fatigue pour certains — Hitch et Arconis notamment — la pénombre n’aidant pas non plus, le groupe ne s’est pas aperçu à temps des masses informes qui barraient la route. En effet, les montures de Gundren Mierren et Sildar Hallwinter disposées en travers du chemin — criblées de flèches — obstruaient totalement la route. Un drame s’est joué ici, l’équipe l’a vite compris lorsque les premiers traits gobelins ont fusé et que l’un d’eux a perforé l’abdomen de Hitch, l’ensorceleur tomba au sol, inconscient. Seul Kaos a su réagir à temps et s’est mis à l’abri derrière le chariot, ce qui ne le pas empêché de prendre une flèche dans la jambe en passant. Perfide embuscade, les gobelins organisés et rompus à l’exercice ont surpris le convoi. Devant la rudesse du combat, Arconis a très rapidement rejoint Hitch au seuil de la mort. Seule la bravoure (ou la folie ?) de Nor, ainsi que les talents de guérisseur de Kaos ont largement permis de les sortir de ce mauvais pas. Nor, n’écoutant que sa rage, se rua dans la mêlée et écrasa de ses puissantes attaques ses adversaires. Le barbare coupa en deux un des quatre goblinoïdes, à ce moment-là, le combat tourna en leur faveur. Kaos en profita pour relever Hitch ainsi qu’Arconis. En passant, il donna une claque sur le postérieur d’un de deux bœufs, les bêtes stressées par la situation ont bondi et filé en ligne droite face aux agresseurs. Devant ce chaos, les deux ennemis restants ont pris la fuite. Hitch visiblement blessé dans son honneur a poursuivi les lâches, talonné par Nor et rapidement distancé par ce dernier. Ils ont rattrapé et achevé les couards. Sur l’un des cadavres Nor a trouvé une amulette gobeline de pierre rougeâtre sculptée à l’effigie d’une icône gobelinoïde. Arconis et Kaos y ont reconnu un symbole de Grankhul, une divinité maléfique vénérée par les gobelins et les gobelours, partisane des embuscades et des entreprises malveillantes.
La nuit est bien avancée lorsque, l’équipe, mal en point, établit son camp et s’occupe de ses blessés, notamment Arconis qui s’était écroulé une seconde fois sous les coups des gobelins. Récupérant le chariot et les bœufs, ils convinrent de prendre une décision le lendemain matin, après une nuit de sommeil salvatrice.

 

Le repaire.

Au réveil, les organismes ont pu se reposer tant bien que mal et l’équipe entreprit de suivre la piste des gobelins dénichée par Arconis. En dépit de sa réticence, le prêtre de Kelemvor — Kaos — s’est laissé convaincre par le groupe, à contrecœur. Ils sont parvenus à lui faire entendre que Gundren Mierren apprécierait sa présence, mort ou vif. Après une heure de marche, ils déboulent dans une grande clairière dominée par un promontoire rocheux — une colline noire et stérile percée d’une cavité béante de laquelle jaillit un petit cours d’eau impétueux. Un parfait repaire pour de vils serviteurs de Grankhul.
Avançant prudemment le groupe a dû affronter deux gobelins qui surveillaient la bouche de la caverne, et les pièges disposaient à l’entrée. Hitch a sauvé Kaos d’une terrible chute dans une fosse dissimulée en le rendant aussi léger qu’une plume. Arconis a mis à jour un système de poulies et de corde, évitant ainsi à un malheureux de se retrouver pendu par le pied tel un vulgaire trophée. S’enfonçant dans le repaire, l’équipe a trouvé un chenil de loups plus ou moins apprivoisés et a continué à progresser dans le boyau creusé par les siècles et les siècles d’écoulement de la rivière. Arrivé à une certaine hauteur, le groupe fut repéré, car en amont, un mécanisme, ou une présence a relâché une trombe d’eau. Sur les berges Arconis et Kaos évitèrent de justesse le terrible piège, mais Hitch s’est retrouvé emporté par les flots, seule la chance lui a permis de s’en sortir sans trop de dégâts. À nouveau réunis et reprenant leur souffle, les aventuriers ont emprunté un boyau escarpé qui s’enfonce dans l’ouest caverneux, guidé par les pas sûrs du rôdeur Arconis. Au dépassement d’un coude, la troupe hélée par un ton nasillard stoppa sa progression : « Humains ! Venez, venez ! Ou Yeemik tue votre ami ». À plusieurs reprises, la voix criarde a lancé des imprécations. Devant tant d’insistance et dans l’espoir d’avoir retrouvé Gundren Mierren le groupe a suivi les sollicitations. Ils ont débarqué dans une immense caverne à l’odeur fétide et jonchée d’immondices, un dortoir pour les putrides gobelins. La cavité grouillait de vermines. Sur une estrade rocheuse naturelle se dressait leur chef, se faisant appeler Yeemik. Il tenait Sildar Hallwinter fermement avec une dague sous la gorge. Le guerrier humain au visage tuméfié semblait encore en vie, mais en piteux état. Yeemik et les aventuriers ont parlementé, tant bien que mal. Le gobelin donnait l’impression de fomenter une rébellion leur a demandé de lui rapporter la tête d’un certain Klarg, le chef du lieu et de cette misérable bande. Malgré la nervosité ambiante et la tension, le groupe accepta et suivit les indications de Yeemik pour trouver ce Klarg.
À l’autre bout de la caverne, après un affrontement contre quatre gobelins, ceux qui visiblement avaient relâché les flots du barrage sur eux, les tumultes de l’affrontement sont parvenus jusqu’aux oreilles de Klarg, l’énorme gobelours. Klarg à l’ego démesuré, prêt à les écraser, s’est invité à la mêlée. La victoire, qui était loin d’être acquise, est due à un étrange mélange de chance et d’audace. Arconis retirant son anneau d’apparence trompeuse et dévoila sa véritable identité, celle d’un Drakéïde d’or musculeux et puissant. Klarg en fut désarçonné. Nor profita de ce moment de doute et laissant parler sa rage a foncé sur Klarg de son épée à deux mains il assena un coup magistral au chef de la bande, déjà affaibli ce coup-là fit vaciller le monstre. Le barbare au sang mêlé a enfoncé trois pouces d’acier en travers de la gueule du gobelours, la décalottant comme une vulgaire coquille.
Les deux derniers gobelins en vie ont tenté de prendre la fuite devant ce déchaînement de rage, le premier embroché dans son élan par une flèche bien sentie d’Arconis. Le second empoigné avec force par Nor. Le géant nordique à la peau grisâtre entreprit de le contraindre à parler, la vilaine créature dénommée Gniok ne cessait de gémir. Entre deux râles elle a affirmé ne rien pouvoir dire sur le nain, si ce n’est qu’un groupe de Gobelours l’a amené au château du roi Grol. Malgré les coups et les menaces, il a persisté dans son ignorance, il ne sait pas où se trouve le siège de Grol. Excédé par ce pleurnichard Nor lui infligea une énorme tape sur le crâne, le faisant sombrer dans l’inconscience.
Reprenant ses esprits, le groupe a fouillé le repaire de Klarg, aux murs de nombreuses fresques et visages peinturlurés qui glorifient et représentent Grankhul. Dans les affaires volées par la bande : des babioles, des vivres, quelques pièces d’or et deux potions de soins (bienvenues), ainsi que toute une cargaison estampillée d’une gueule de lion et d’une fine inscription « La compagnie du bouclier léonin ».
Arconis emporta la tête de Klarg, du moins ce qu’il en reste, et le groupe se mit en branle prêt à négocier avec Yeemik, la vie de Sildar Hallwinter en dépendant et peut-être celle de Gundren Mierren.
==========
Lien vers les vidéos des séances.
Maître de jeu, gratte papier, je propose des parties de JDR en ligne, des critiques littéraires et je l'espère plein d'autres contenus encore.

0 Avis

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*